VEILLE, SERVICES, GESTION
ET ENTRETIEN DE BATEAUX

Port. +33 (0)6 12 66 58 20
Tél. / Fax. +33 (0)4 94 23 24 46

Hyères-les-Palmiers

Avec 52.000 habitants Hyères-les-Palmiers est une ville appréciée pour la douceur de son climat. L'ensemble de la haute ville rassemble de nombreux fragments d'habitations du Moyen âge. L’histoire de Hyères remonte au IVème siècle avant notre ère quand des marins grecs fondent sur le littoral (à l'Almanarre) un comptoir commercial fortifié "Olbia" (heureuse en grec). En 963 apparaît pour la première fois dans un document officiel le nom d'Hyères.

La sénéchaussée d'Hyères s'administre elle-même, sans aucun contrôle du comte souverain de Provence. Du Xème au XIIème siècle, la ville connaît des périodes agitées. C'est en 1481, suite au décès du Bon Roi René, puis de son neveu Charles IX d'Anjou, que la Provence devint partie intégrante du royaume de France sous Louis IX. Hyères, ville royale tombe dans l'oubli jusqu'à François 1er. Charles IX et sa mère Catherine de Médicis, furent les premiers touristes royaux de Hyères. Les guerres de Religions n'épargnent pas la cité. Plus tard la peste s'abat sur la ville. Appauvrie par les guerres, les impôts, des étés secs et des hivers fort rigoureux, Hyères reste limitée dans ses remparts.

Sous Ie Premier empire, la ville commence à s'ouvrir, notamment lorsque Pauline Bonaparte s'y établit. Dès le XVIIIème siècle, Hyères est réputée pour être une contrée " des plus agréables en hiver ". Les douceurs de la région attirent les riches Français et étrangers, notamment anglais. L'apogée de cette période est marquée par le séjour de la reine Victoria à l'hôtel d'Albion en 1892. Hyères, toujours réputée comme ville agricole, le devient également pour son climat qui améliore certaines affections (rhumatismes, asthénies diverses, maladies du foie, des poumons). La cité est classée station climatique et hydrominérale par décret ministériel du 8 mars 1913. En août 1944, Hyères est libérée. L'espoir renaît d'autant plus que l'avènement des congés payés permet d'entrevoir un nouveau développement touristo-économique.

A voir :

  • la villa de Noailles demeure d'un grand intérêt historique et architectural
  • l'église Saint-Louis (style roman et gothique primitif, XIIIème siècle)
  • le Clos Saint-Bernard : jardin d'acclimatation de plantes grasses et de fleurs à bouquets
  • le Jardin de Sainte-Claire : jardin planté d'essences d'Afrique du Sud, d'Australie et d'Amérique du Sud.
  • la collégiale Saint-Paul : monument historique classé du XIIème et XIIIème siècle
  • les remparts et vestiges du château : monuments historiques classés du XIIème siècle
  • le tour des Templiers : monument historique classé de la fin du XIIème et XIIIème siècle

Capitainerie : Tél 04.94.12.54.40 – Fax 04.94.12.54.50
Capacité 1350 places – 4 bassins